Wiki_Heart_Antomy_Ties_van_Brussel

Récemment, la comparaison du cœur de porc et du cœur humain a suscité beaucoup d'intérêt lors de la xénotransplantation. En effet, il existe une demande croissante de greffes d'organes qui ne sont pas satisfaites par les donneurs humains (Samstein et Platt, 2001). Bien que les deux appartiennent à la progéniture mammifère, il existe une différence significative dans leur anatomie cardiaque et leurs fonctions physiologiques associées. Les deux coeurs sont divisés en chambres auriculaires et ventriculaires et drainés dans le système circulatoire inférieur et plus grand à travers les artères pulmonaires et l'aorte. La quantité de myocarde délivrée par les artères coronaires gauches est plus élevée et plus élevée que celle des artères coronaires droites dans les deux cœurs, car le cœur gauche a besoin de plus d'oxygène pour fournir plus de sang au système circulatoire (Cooper, Gollackner et Sachs, 2002). ).

Les artères coronaires des deux groupes sont également causées par le bulbe aortique. Ensuite, l'artère coronaire gauche est très courte, et dans les deux types, elle est divisée en la branche antérieure interventriculaire et la branche circonflexe gauche. Ces branches fournissent principalement des branches collatérales qui fournissent l'oreillette gauche et les ventricules (Cooper, Gollackner et Sachs, 2002). La tige antérieure interventriculaire donne la large branche septale interventriculaire proximale s'étendant aux parties dorsale et centrale du septum interventriculaire chez les deux espèces. Les anastomoses entre les différentes zones de l'artère coronaire sont communes aux deux groupes cardiaques (Cooper, Gollackner et Sachs, 2002). Néanmoins, il existe un certain nombre de différences qui doivent être considérées physiologiquement et immunologiquement avant d'envisager une xénotransplantation de cœur de porc par une personne. Une comparaison des deux cœurs est discutée comme suit (Cooper, Gollackner et Sachs, 2002):

Les références

  • Cooper., D, Gollackner., B et Sachs., D. (2002). Résout-il le problème de la transplantation porcine? Annu Rev Med, 53: 133-147.
  • Samstein., B et Platt., J. (2001). Barrières physiologiques et immunologiques à la xénotransplantation. J Am Soc Nefrol, 12: 182-193.
  • https://commons.wikimedia.org/wiki/Fayl:Wiki_Heart_Antomy_Ties_van_Brussel.jpg